Il y a une expression en Occitan, ou plutôt un dicton « aver entenut a petar lo loup »

Connaitre le monde, en avoir vu toutes les couleurs. L’envie de voyager et voir le monde est en nous, certains plus que d’autres, et ça ne va pas changer.

 Depuis toute petite, j’ai eu un désir inexplicable de voir le monde et rencontrer des peuples d’ailleurs. Aver entenut a petar lo loup se traduit littéralement comme « d’avoir entendu péter le loup », comme la définition d’une belle vie d’aventure accomplie.

Jusqu’à la, j’ai eu deux fois l’occasion de voir un loup. Il y était une fois à l’école primaire sur la côte ouest du Canada dans les années 70 et une autre fois à l’aube, à travers la fenêtre d’une voiture en découvrant les rocheuses. Cette première fois un ami de l’institutrice, lui-même naturophile, ou hippie comme on disait à l’époque, nous a amené un louveteau dans la classe. Ça semble incompréhensible sur plein de niveaux mais c’est vrai.  Je me souviens que ma mère redoutait l’histoire que j’ai racontée en rentrant de l’école et m’a rassurée ou plutôt s’est rassurée qu’il s’agissait d’un chiot qui ressemblait à un loup, ou du moins le petit croisé d’un loup et d’un chien. Même à Vancouver pendant les années 70, il y avait des règles qui empêchaient les adultes d’amener des loups à l’école, bien qu’il s’agisse ici d’un contexte éducatif.  C’est néanmoins ce qui s’est passé ; la leçon à tirer c’est que nous, les humains, donnons parfois les mauvaises images des animaux. Le grand méchant loup nous a tous appris à avoir peur des loups. Cette rencontre avec l’adorable louveteau m’a exaltée et m’a donnée une toute autre image. Bien entendu nous avons appris à surtout ne pas s’approcher des animaux sauvages (pas assez proches pour les entendre péter) et de respecter leur habitat. 

Avec le peu de liberté que nous avons eu récemment nous ne pouvons que rêver de grands voyages. 

A la fin de ma carrière en tant qu’hôtesse de l’air, j’étais effrayée par les allers retours incessants; les miens surtout mais aussi ceux des hommes d’affaires qui allaient jusqu’à Hong Kong pour une réunion et rentraient le lendemain. « Oh la la ! Restez à la maison et faites des visio conférences » murmurais-je à une collègue.  « Ça ne sera pas bon pour le business » me dit-elle. Elle avait raison. Eh nous voilà, étrangement, dans un monde de téléconférence avec peu d’avions dans le ciel. Nous sommes allés trop loin peut-être? Est-ce qu’il y avait trop d’avions dans le ciel et trop de monde dans ces avions ?

Je pourrais écrire tant de choses sur ce qui s’est mal passé dans le monde aéronautique et le tourisme en masse, mais ça se résume à la cupidité des entreprises avec la myopie cruelle envers la planète dans la grande course vers le bas qui a jeté dans la gueule du loup le personnel loyaux, suffisamment utilisés.

Quand nous nous éveillons de notre confinement et j’espère éventuellement surmonter le virus, les avions recommenceront  à circuler. Les choses devraient être différentes. En effet nous ne devrions pas voyager parce que c’est bon marché mais malgré le fait que c’est cher.

Des bonnes nouvelles ? Nous ne sommes pas obliger de voyager par avion. Même avec les 99 kilomètres de liberté autours de Toulouse qu’on va gagner à partir du 11 mai (si tout va bien) il y a des endroits merveilleux à découvrir…..

J’avais prévu mon prochain article sur le Gers il y a quelques mois.  Pendant ce temps j’ai perdu mon père et mon deuil a consommé toutes mes pensées. Cette grande tristesse renforcée par le fait que je n’ai pas pu dire « au revoir » en personne.

Peu à peu en pensant à mon père je me rends compte que lui, il a eu une vie incroyable. Je garderai presque tout pour moi mais je vous partage juste une petite anecdote. Quand il avait dix ans, Il est sorti en cachette de son école internat à Surrey en Angleterre, avant de prendre un train jusqu’à Londres pour assister à un opéra. Il ne s’est pas fait prendre et a passé une excellente soirée ! Sa passion pour l’opéra était légendaire et a durée 82 ans. Bien qu’il ait voyagé pas mal dans sa vie, il a visité New York pour la première fois à 81 ans grâce aux pouvoirs de persuasion de sa deuxième femme. A l’hôtel Gramercy Park, il a assisté au hasard à un concert de Lady Gaga. Il n’avait jamais entendu parler d’elle mais il a apprécié sa voix et sa jolie robe. 

Quand vous arriverez à l’âge de la sagesse saurez-vous dire que vous  « aver entenut a petar lo loup » ? Que vous avez connu le monde et tous ses couleurs ? 

J’espère que vous avez aimé « Avez-vous entendu le loup » Suivez-moi sur mes voyages en Occitanie…….à bientôt dans le Gers, Christina

2 thoughts on “Avez vous entendu le loup

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s